4 mars 2009 | par publika dans Référencement Pas de commentaire

Vous le savez tous, c’est la crise ! Oui mais…pour qui ? La récession a pour effet de transférer les invetissements financiers vers des valeurs « sûres », quantifiables et mesurables : c’est le cas de la communication internet.

La communication de crise exprime alors tout son potentiel et, en particulier, le référencement naturel, identifié comme un puissant levier de communication. Pourquoi ? Dans un contexte économique particulièrement instable, les entreprises recherchent avant tout un rapide retour sur investissement (ROI).

Nous avons donc affaire à une « communication à deux vitesses » : le montant global des investissements publicitaires diminue fortement alors que la part des investissements sur la publicité en ligne et sur le média de communication internet augmente fortement. Le client est beaucoup plus sensible aux résultats induits par la prestation publicitaire. C’est pourquoi il se dirige « naturellement » vers le référencement naturel, celui-ci permettant de mesurer et suivre nombre d’indicateurs web anallytics comme, entre autres, le taux de transformation, le taux de conversion des objectifs, le taux de rebond… Ainsi, les résultats sont plus probants et plus « palpables ».

Le référencement en liens sponsorisés Google Adwords était jusque là privilégié par la majorité des clients mais ceux-ci commencent à se rendre compte que le coût d’acquisition d’un nouveau client ou prospect par le biais du référencement naturel est en moyenne deux fois moins élevé (que le référencement adwords). Les statistiques parlent d’elles-mêmes :

  • le référencement adwords représente (jusque là) 80% des investissements (en référencement) alors que le référencement naturel, 20%
  • le référencement naturel représente 80% de part de trafic moteur, contre 20% pour le référencement adwords (environ)

Cherchez l’erreur !… 🙂

Le référencement naturel a beaucoup évolué ces 10 dernières années et, face à l’environnement concurrentiel de plus en plus « oppréssant », celui-ci se complexifie à une vitesse vertigineuse ! Vous comprendrez alors qu’un site internet qui n’en est pas équipé n’a aucune chance d’être visible, sans compter qu’un site web aujourd’hui bien pensé à tous les niveaux (technique, ergonomique, accessibilité…) ne suffit plus à se positionner. Le référencement s’oriente donc de plus en plus vers une stratégie de webmarketing globale. Au delà des moteurs de recherche, les réseaux sociaux et autres sites de partages de contenus et/ou communautaires sont des créneaux à exploiter afin d’assurer un trafic et une visibilité de manière optimale.

A noter également que la tendance est en faveur du référencement local (et du référencement mobile), conséquence de la recherche universelle : celui-ci s’avère être un puissant levier pour les entreprise disposant de plusieurs réseaux de distribution.

Source : JDN, « 2009, l’année du référencement »

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *