22 février 2010 | par publika dans Référencement Pas de commentaire
seo campus 2010, l'événement search marketing et référencement

Ce week-end a eu lieu la conférence SEO Campus 2010 auquel j’ai participé.

Voici donc un petit résumé de LA conférence à ne pas rater sur le référencement (pour tout référenceur qui se respecte 🙂 ).

  • les conférences étaient superficielles : j’avoue avoir été quelque peu déçu (et d’autres référenceurs d’ailleurs) par la teneur des conférences dans le sens où celle-ci traitait plus sur l’évolution du marketing de recherche que sur l’aspect technique du référencement. Non pas que ce point soit moins intéressant mais les sujets développés manquaient de profondeur.
  • Nathalie, la personne de Google était présente : cela était plus en terme de communication qu’en terme d’apport intéressant d’information. Cela était prévisible mais aucun aspect technique n’a été éclairci.
  • Certains référenceurs ont appris quelques informations intéressantes comme le fait d’optimiser l’attribut alt des images (quelle révolution ! 😉 )
  • ce qui se déroulait autour de la conférence était cependant intéressant : le fait de rencontrer d’autres référenceurs (référenceur in house ou chez l’annonceur, référenceur en agence) et d’échanger sur les techniques de référencement de chacun. Avoir une vision transversale du métier de référencement est en effet intéressant pour se remettre en question, indispensable à tout bon référenceur.
  • le référencement mobile a été abordé : alors là, je suis content dans le sens où j’ai appris (par un référenceur et non par la conférence) que la certification Google Adwords a consacré maintenant un chapitre sur le référencement mobile ! Bon à savoir , il va donc falloir que je ne néglige pas cette partie ! (bien que je sois encore dubitatif sur l’importance du référencement mobile dans la certification…).
  • la conférence sur l’achat de mot clés (SEA ou Search Engine Advertising) nous a appris que les outils de bid management, cela était bien mais risqué : ok, bon, nous n’en saurons pas plus
  • ce qui était intéressant, c’était la conférence sur le métier de référenceur avec des intervenant US : 4% des référenceurs (interrogés) sont indépendants, 25% travaillent chez l’annonceur et 40% en agence (agence web, agence de communication et/ou agence de réfrencement). Ce qui me paraît toujours utopique reste la partie « rémunération et salaire » ! La majorité gagne moins de 35 000 € par an (le plus étant en province), une partie plus restreinte gagne environ 45 000 € et une partie encore plus restreinte gagne plus de 65 000 €. Un référenceur junior (entre 6 mois et 2 ans) d’expérience pourrait prétendre à 3000 € (ben voyons), un référenceur plus expérimenté (entre 2 ans et 5 ans) gagnerait entre 3000 et 4500€ et un référenceur sénior (ou expert en référencement, donc plus de 5 ans d’expérience) gagnerait plus de 5000€. (sachant que l’annonceur rémunère mieux le référenceur que l’agence) Les trois catégories de profils de référenceurs étant « chargé de référencement », « responsable de référencement » (directeur SEO, expert en référencement) et « chef de projet référencement » (nous n’en saurons pas plus là non plus)
  • une conférence intéressante a été sur les entités nommées avec Jean Véronis, spécialiste du langage, et sur le moteur de recherche sémantique Wolfram Alpha.
  • Une autre conférence sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter s’est déroulée : cette conférence présentait l’impact du référencement sur les réseaux sociaux (SMO ou Search Media Optimization) sur le référencement naturel (SEO) dans une stratégie webmarketing (SEM ou Search Engine Marketing).
  • Le seul regret a été de ne pas pouvoir assister à la conférence « droit et référencement ».

Si je devais résumer ce séminaire sur le référencement en quelques mots, je dirais que Google n’est aujourd’hui plus un moteur de recherche mais un portail de recherche ! Avec la recherche universelle, le triangle d’or (la SERP d’or comme dirait Olivier Andrieu) dans les pages de résultats a profondément évolué ! Avant, les trois premiers résultats généraient le plus fort trafic alors que maintenant, sur certains mots clés, nous avons la zone premium de Google Adwords et Google Maps : résultat, seul le premier résultat de référencement naturel reste au-dessus de la ligne de flottaison ce qui diminue fortement le taux de clics. Dans l’idée ou le référencement naturel capte environ 80% du trafic et que la 1ère page de résultat capte disons 70% du taux de clic, le taux de clics est alors plus faible pour les autres résultats : en fait, Google capte de plus en plus le taux de clics par ses services. Conclusion : le référencement naturel de pages web sur Google ne suffit plus aujourd’hui. Avec la recherche universelle, le référencement devient un référencement multimédia et multisupport.

Pour ceux qui voudrait en savoir plus sur les techniques « avancées » de référencement, je pense que la première conférence SEO Black Hat devrait être intéressante.

Ah si, j’oubliais, le petit déjeuner et le déjeuner étaient bien bons 🙂 (ce qui n’était pas le cas de la signalétique) .

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *