10 octobre 2012 | par publika dans Référencement Pas de commentaire

Depuis que Google existe, de nombreuses nouveautés ont vu le jour : les professionnels du webmarketing et du référencement sont à l’affût du moindre changement afin d’essayer de mesurer au mieux l’impact potentiel au niveau SEO.
Nous pourrions citer, par exemple, des mises à jour d’ordre graphique avec la mise en avant de certains services, l’enrichissement des pages de résultats (SERPS) avec notamment les Rich Snippets qui influencent le taux de clics, une meilleure compréhension sémantique (HTML5 et micro-formats sont les bienvenus).
Parmi celles-ci, certaines peuvent avoir beaucoup plus de conséquences en terme de référencement.

 

Plus de 400 mises à jour d’algorithmes sont effectuées chaque année par Google : la plupart sont mineures mais d’autres sont plus importantes.

Google Panda prime le contenu de qualité

 

La mise à jour Google Panda vise clairement l’optimisation sur site : tout ce qui n’est pas jugé de qualité par Google au niveau du contenu est pénalisé.
Les sites proposant, par exemple, de nombreuses pages de contenus de faible qualité dans le seul but de manipuler les algorithmes du moteur de recherche Google et être mieux positionnées sont donc clairement dans le collimateur. L’exemple frappant concerne ce qui s’appelle « des fermes de contenus » où leur modèle économique est basé sur des revenus publicitaires générés à partir du contenu visible depuis les moteurs de recherche.

 

Google a dû prendre conscience que le spam sur son moteur de recherche était devenu trop important et que certains webmarketeurs arrivaient trop facilement à manipuler ses algorithmes de pertinence.
Il a donc décidé de lancer un pavé dans la mare et de frapper un grand coup. Ceci n’était qu’un début puisque Google ne s’en est pas arrêté là avec une nouvelle mise à jour Google Panda qui s’attaque aux noms de domaine à mot clé (les fameux NDD EMD en exact match).

Plus que jamais, les techniques de référencement jugées abusives, comme le keyword stuffing par exemple, seraient à proscrire, sous peine de déclencher les foudres de Google (notons au passage la remontée spectaculaire de son comparateur de prix Google Shopping, un des heureux gagnants de cette mise à jour).

 

Le géant de la recherche a commencé a opéré un grand changement dans le but d’améliorer l’expérience utilisateur et Google Panda ne fut qu’une prémice.

 

Google Pengouin prime les liens de qualité

 

Depuis que le référencement existe, les deux piliers principaux ont toujours été le contenu et les liens : Google Panda s’est attaqué au premier pilier; Google Pengouin s’occupe du 2e.

La mise à jour Google Pengouin vise en effet les liens jugés factices : cela concerne, par exemple, les réseaux de sites, schémas de liens utilisés par les SEOS comme les roues de liens, redirections 301 abusives ou douteuses etc.
De toutes les mises à jour effectuées à ce jour, Google Pengouin est sûrement la plus importante et de loin car elle s’attaque clairement au talon d’Achille du moteur de recherche : en effet, depuis son existence en 1998, la particularité de Google réside dans les liens.
Le volume et le type de liens des liens entrants ont toujours été l’un des plus importants critères de classement : dans un environnement concurrentiel, le facteur de ranking faisant souvent la différence, réside le nombre et la valeur des backlinks.

 

Certains webmasters se sont donc lancés dans une course effrénée au netlinking en utilisant des stratégies de liens de plus en plus complexes et surtout de plus en plus importantes : c’est ce qui s’appelle « aller à la pêche aux liens ».
Google n’aime pas qu’on manipule son moteur de recherche et notamment le PageRank, son fameux indice de popularité : il l’a fait savoir en envoyant une vague de 700 000 mails aux webmasters ayant utilisés des techniques de référencement jugées factices.

 

C’est une grande première pour Google car l’amplitude des changements opérée est sans précédent : cela a en effet provoqué un gigantesque séisme dans le monde du référencement.
Beaucoup de webmarkeurs ont cru en effet, à tort, détenir une partie de la recette du référencement advitam eternam : les ingrédients ainsi que le dosage sembleraient avoir sérieusement changé.
Preuve en est que dans le monde du référencement, une fois de plus, rien n’est jamais acquis et une remise en question permanente doit avoir lieu afin de pérenniser le plus longtemps possible les résultats de positionnement de son site internet.

 

Google Pengouin a décidé de sanctionner de manière plus marquée les technique de black hat SEO et plus largement toute création de liens factices : communiqués de presse, annuaires, commentaires de blogs, sites et pages satellites…
Le revers de la médaille cependant -que n’a sûrement pas mesuré Google- réside dans le négative SEO : en effet, cette technique de black hat SEO existe depuis le début du référencement.
La différence notable toutefois avec la mise à jour Google Pengouin est que le négative SEO semblerait devenir encore plus facile maintenant qu’avant.

Plusieurs tests de référencement sembleraient démontrer, en effet, qu’un envoi massif de « mauvais liens » par exemple serait susceptible de pénaliser un site internet aux techniques SEO relativement propres : l’expérience la plus significative qui invite à se poser de sérieuses question est sûrement le negative SEO effectué sur le site internet seomoz.org.
Même si SEOMoz ne semble pas avoir été impacté en terme de trafic et au niveau du positionnement car aucune baisse n’a été constaté, toujours est-il qu’il a reçu un mail de notification de liens factices sur son compte Google Webmaster Tools au sujet de son site internet après une vague de près de 4 millions de liens black hat, soit 30% du nombre de liens total entrants sur le site internet seomoz.org qui s’évalue à près de 12 millions !

 

Référencement Google, les règles du jeu ont changé

 

L’avenir du référencement reste toujours incertain mais une prise de conscience radicale semble être indispensable si les webmasters veulent continuer à augmenter et maintenir durablement la visibilité de leur site internet.
Google constitue en effet la première porte d’entrée sur Internet : la visibilité d’une entreprise sur ce type de support est un gage de notoriété, trafic et retour sur investissement.

 

Ajoutons à cela de nouveaux critères de classement et supports qui ont fait leur apparition progressivement sur Internet comme les réseaux sociaux : Facebook et Twitter sont considérés comme des signaux positifs pour Google.
Un site internet présent sur ce type de réseau s’assure d’un signal social, sans compter l’aspect communautaire derrière.

 

En résumé, il ne s’agit pas de la fin du référencement mais la fin d’un référencement : le monde du SEO évolue par cycles, au rythme des mises à jour de Google.
Le marketing de recherche devient de plus en plus complexe : il est en effet beaucoup plus difficile qu’auparavant.
Avec le Panda et le Pengouin, Google a envoyé un message clair aux responsables SEO : votre approche du référencement doit être suffisamment naturelle et légitime pour que le positionnement de votre site internet soit durable et stable dans les pages de résultats..

 

Parce que la visibilité d’une marque sur Google est primordiale, la question à se poser pour toute action SEO reste la même « est-ce que ce contenu ou ces liens ont un réel intérêt pour l’expérience utilisateur ? » : le bon sens devrait faire le reste.
Le black hat SEO sera bien entendu toujours de mise et aura une longueur d’avance : reste à savoir au final qui sera l’arroseur arrosé…

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *