Objets connectés Publika
9 octobre 2013 | par Marc Akoley dans Un commentaire
Chien AIBO de Sony

AIBO le chien connecté de Sony

En 2006 Sony annonçait l’arrêt de son robot connecté l’Aibo qui avait la possibilité d’être totalement autonome au point de tenir un blog photo tout seul. La même année sortait le Nabaztag, un lapin connecté à internet incluant la technologie RFID et qui était capable d’interagir avec d’autres objets. Par exemple, il pouvait lire à voix haute certains livres pour enfant équipés de puces RFID. Malheureusement, en 2009 la société derrière le Nabaztag, faute d’avoir pu rentabiliser cette invention, fut vendue.

Ce bref récapitulatif montre à quel point les objets de ce type ont eu du mal à s’imposer sept ans plus tôt sur le plan commercial, bien qu’étant du matériel à la pointe de la technologie. Malgré ces quelques échecs, divers acteurs se remettent à rêver d’un succès des appareils connectés et le développement du secteur du mobile laisse à penser que cette fois-ci le courant devrait passer entre ces objets et les consommateurs.

C’est quoi un objet connecté ?

Avant d’aller plus loin, il faudrait rappeler ce que sont les objets connectés. Si l’on exclut la majorité des appareils initialement construits pour se connecter à internet, on peut classer l’ensemble des dispositifs ayant la possibilité d’échanger des données avec un autre appareil comme des objets connectés. Le premier exemple qui me vient à l’esprit est la Smartwatch de Samsung annoncée il y a quelques mois et qui a fait le tour des blogs spécialisées dans les nouvelles technologies. On parle même d’internet des objets puisque ces objets bien réels de notre quotidien ont la particularité de communiquer avec d’autres appareils via le web.

Qu’ont-ils de plus ?

Smartwatch Galay Gear

Samsung Galaxy Gear

A l’instar des Smartphones, les objets connectés sont considérés comme plus intelligents puisqu’ils ont la possibilité d’effectuer des actions beaucoup plus complexes que celles pour lesquelles ils ont été construits initialement. Dans l’exemple de Samsung, la Smartwatch (Galaxy Gear) permet grâce à des applications mobiles dédiées de prendre des photos, de réaliser des vidéos, d’enregistrer vos séances de sports grâce à un podomètre, de prendre des notes vocales et bien évidement de lire l’heure, le tout connecté à votre smartphone. Vous l’aurez compris avec le listing de la Smartwatch, ces objets initialement basiques ont dorénavant la possibilité de vous apporter des informations complémentaires et utiles sans que vous ayez besoin de sortir l’artillerie lourde. Le plus de ces dispositifs, c’est leur relative indépendance et le fait qu’ils puissent communiquer de machine à machine (M2M) sans aucune intervention de votre part.

Qui sont-ils ?

Les objets connectés commencent à envahir notre quotidien en s’intégrant dans les éléments les plus usuels. La télévision par exemple. Google et Apple ont lancé la tendance avec respectivement le Chromecast, les Google TV et l’Apple TV qui transforment nos télévisions en véritables plates-formes multimédia capables de se connecter à internet pour récupérer les guides télés, les informations détaillées sur les films en cours et qui permettent même de faire des visioconférences tout en ayant le film du dimanche soir dans un coin de l’écran.Télévision connectée Google

Nos frigos et nos lave-linge ne sont pas en reste. Samsung encore une fois a dévoilé au salon IFA 2012 de Berlin un frigo connecté tournant sous le système mobile de Google, Android et qui est capable de vous fournir des recettes toutes prêtes en fonction des aliments restant. Avec ce frigo relié à internet par le wi-fi, il est possible de gérer les stocks de nourriture, d’afficher des informations utiles comme la météo ou de laisser des notes aux autres membres de la famille à partir de l’écran tactile intégré. Le constructeur Haier a fait la démonstration d’un frigo du même type capable de détecter les dates de péremptions des aliments et de vous avertir avant qu’il ne soit trop tard. Vous avez dit intelligents ?

Quel avenir pour ces objets ?

Basket connectée Nike+

De nombreuses entreprises voient le jour, sentant le potentiel commercial des objets connectés. Si vous n’avez pas entendu parler de Jawbone, FitBit ou Withings, sachez que ces jeunes pousses aujourd’hui courtisése par les plus grandes entreprises proposent des objets qui jusque là n’avaient jamais connu une onde wi-fi. Jawbone et fitbit proposent des bracelets permettant de mesurer les performances sportives et de faire une analyse de vos progressions via une interface dédiée. Le sport passe aussi au numérique avec les Nike+ basket-ball des chaussures intégrant des capteurs de mouvement.

Withings, une société française propose, elle, un pèse-personne capable de collecter des données non seulement sur votre poids mais aussi sur votre rythme cardiaque. Le tout est synchronisé directement sur votre profil sur internet où il est possible de suivre les courbes d’évolution ainsi que des conseils diététiques personnalisés. Hapilabs, dirigée par un français va plus loin en vous réapprenant carrément à manger grâce à sa fourchette (HapiFork) qui vibre lorsque vous mangez trop vite.

Google Glass

Google Glass

Au vu de la déferlante d’objets de ce type qui inondent le marché, il faut croire qu’un environnement totalement connecté ou des machines communiquent avec d’autres machines est en train de voir le jour. Le point commun de tout ces objets est la Data. Le traitement de données numériques collectées auprès des utilisateurs permet de donner un réel intérêt à chaque objet. Google en a fait la preuve avec ses Glass, des lunettes a commandes vocales et tactiles capables de vous fournir en temps réel des informations sur un monument, une œuvre d’art ou tout simplement une rue. De la montre au pèse-personne en passant par la voiture auto-pilotée et les lunettes connectées, tous fonctionnent sur l’utilisation et l’exploitation de données. Un jour peut-être, ces objets permettront d’anticiper nos besoins en nous délivrant des informations au bon endroit et au bon moment avant que nous n’y ayons pensé. A moins que cela n’existe déjà avec Google Now ?

google now

Google Now – Assistant personnel sur Smartphone et Tablette
Cliquez sur l’image pour le découvrir

Que pensez-vous de l’incursion de tous ces objets usuels dans le monde du numérique. Pensez-vous qu’ils aient un avenir sur le long terme ? Quid de toutes ces informations individuelles collectées et utilisées par des entreprises privées ? Ne risque-t-on pas de tomber dans le même piège qu’avec internet qui a poussé tellement loin la personnalisation des données affichées à l’internaute qu’il est possible d’influencer le choix de celui-ci en lui suggérant certains produits de façon assez subtile?

N’hésitez pas à laisser des commentaires pour dire ce que vous en pensez.

Source images: Stewart Cromar, Connie Shu, Norman Ying, Andreas Bjurenborg, Christophe Scholly, Claudio Gomboli from The Noun Project

Articles sur la même thématique

Partager :

Passionné de nouvelles technologies et de logiciels Open Source, je suis chargé de référencement et de développement mobile au sein de l’Agence Publika. Vous pouvez me suivre sur Twitter et LinkedIn

Un commentaire

    Nicolas says:

    Bonsoir,

    Effectivement, au delà de l’objet en lui-même, la plus grande valeur ajoutée sont les données et les services qui y sont associés. L’expérience proposée au consommateur doit être nouvelle et doit dépasser celle de l’objet « classique / non connecté ».
    Il y a encore quelques mois nous nous interrogions sur l’utilité de ces produits et le risque d’effet « feu de paille / gadget ». Mais les derniers succès montrent un véritable intérêt lorsque l’objet est lié à tout un écosystème et à des services nouveaux.
    La force de Withings par exemple est d’exploiter la notion de quantified self dans la santé, pour aider les clients à mieux se connaitre et à adapter ses habitudes (nutrition, activité, etc).

    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *