19 février 2014 | par CelineP dans L'agence 5 commentaires

Moi Celine P, 28 ans , commerciale sédentaire aussi dite « téléprospectrice » ou encore « la voix » .

teleprospectrice

Souvent à tort considérée comme celle qui vous embête, ou encore vue comme « oh la pauvre elle fait un métier dur » je suis pourtant de celles pleines de peps qui aiment leur travail à savoir : communiquer. De celles qui ne passent pas 400 appels par jour agglutinées dans un box à cheval, avec leurs 30 autres copines de galère, pardon de boulot, qui vous appelleront aussi demain faute d’avoir su que la collaboratrice a déjà appelé…

Que tous ceux qui n’ont jamais envoyé « sur les roses » la « dame du téléphone qui veut vous vendre un truc en vous forçant la main » et qui dérange le soir à 20h en plein repas de famille/sous la douche/en plein dans « scènes de ménage » me jettent la première pierre, pardon le premier téléphone …

Cependant, cassons quelques clichés sur mon métier, mais qui ont la vie dure :

Mes outils pour travailler : ma voix, un téléphone, un PC, un thé (important, très important) et non pas un listing pré-établi mais une volonté de vous contacter VOUS, parce que VOUS me plaisez bien et parce que c’est vous. Justement.

Mes armes ? Le sourire (croyez-moi il s’entend par téléphone !) la volonté, une franchise désarmante et un brin de folie joyeuse peut-être aussi. A l’image des retours de certaines personnes contactées au fil de mes 6 ans de carrière en phoning :

enfantsCommençons par les enfants : N’est-ce pas mignon un enfant ? Surtout ceux qui sautent du haut d’un toboggan en plein pendant ma conversation avec leur papa (V***** si tu lis un jour ce mot, j’aurais toujours une pensée pour ta chute à laquelle j’ai assisté en direct un beau jour de septembre…), des enfants qui me répondent que « maman n’est pas là, elle fait caca »…ah les enfants…

Continuons ce tour d’horizon du meilleur et du pire par les gens (un peu) vicieux : Qui oublient leur téléphone chez leur conquêtes après les avoir plaqué au petit matin et dont les conquêtes me demandent qui je suis d’un ton très peu amical (charmant monsieur si tu te reconnais : au nom de toutes les femmes je te souhaite bien du courage pour récupérer ton mobile…), les qui m’appellent ou me rappellent pour me dire qu’ils ne « portent qu’une serviette…. » , les qui me proposent de les rejoindre pour un weekend à la montagne parce que « la neige c’est romantique mais un peu froid, habillez-vous surtout ahahah»…

Il y a aussi les « mignons – mignons » : qui me demandent en mariage…Émouvant, très émouvant…Surtout quand l’argument du monsieur est « vous savez j’ai une Ferrari » ah ben oui : cela change tout : allez c’est parti je file chez le maire, vous m’avez convaincue, on se rejoint ?

Les noms bizarres je ne cite rien (confidentialité oblige) mais parfois j’ai du mal…

Signaux fumeesEt enfin les « un peu dans leur monde » qui me répondent que la communication c’est ok : « Ca y est-on à le téléphone c’est bon, on communique maintenant !! » D’une voix pleine de joie qui m’a valu un flash visuel du genre : « Contact avec la civilisation établi .STOP. Avons rangés les tam tam STOP .En avons fini avec les signaux fumées…STOP »

Mais faire ce métier c’est aussi des compliments, tisser des liens privilégiés, connaître des univers et des métiers atypiques, se faire connaitre, savoir saisir la fine nuance entre être entendu et être écouté, reconnaître l’émotion lié à certains vécus, savoir faire parler, savoir imposer un silence au bon moment…

Un métier plus humain que ce que bien des personnes ne pensent.

Un métier qui rend humble et donne foi en l’être humain, et ou à certains moment après certains appels on se dit « wow… ! » sans porter de jugement de valeur, juste savoir reconnaitre l’émotion d’une vie à sa juste valeur…C’est aussi savoir entendre certains maux derrière les mots…

Un flot d’émotion pur à l’état brut dans la sincérité entière de l’être humain qui, masqué par l’anonymat du téléphone, se confie parfois. Un métier beau, au-delà de l’aspect que l’on pense caricatural en se disant qu’il se limite à se faire raccrocher au nez 10 fois par jour.

enceintePour finir je ferais un clin d’œil à ma maman qui a toujours voulu, quand elle était enceinte de moi (c’est une histoire vraie !) avoir un enfant qui communique, qui soit vivant et bavard : mission accomplie, tu as été exaucée, bien que sur ce point le moule n’a pas été cassé 🙂

 

Je vais donc conclure cet article par « c’est tout…pour le moment »

Céline, la voix de Publika

Partager :

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *