22 mai 2015 | par publika dans Pas de commentaire

Google annonçait il y a quelques mois, une mise à jour de l’algorithme de recherche sur mobile qui serait effective au 21 avril 2015. Cette modification devait améliorer le positionnement des sites ayant le label « Mobile Friendly ».

En réponse à cette annonce, de nombreux articles ont vu le jour. Une étude menée par Philip Petrescu pour le site www.advancedwebranking.com a démontré que la mise à jour avait eu peu d’impact sur le top 20, c’est-à-dire les 2 premières pages de résultat. En revanche, à partir de la page 3 les changements sont plus importants. Le site www.yooda.com a également fourni son analyse. Il apparaît que les sites non mobiles perdent 5,3 % de leurs visibilités. Menées avec des méthodologies différentes, les deux études se rejoignent sur le fait que les changements provoqués par cette mise à jour sont très infimes.

L’agence Publika a décidé dans le cadre de sa politique R&D de mener une étude sur une liste de 14 mots clefs précis, choisis en fonction de nos différents clients afin de mesurer l’impact de cette modification. Nous pourrons par la suite comparer nos résultats aux différents articles cités plus haut.

Méthodologie :

L’étude se déroule en deux phases. Une première analyse avec des données récoltées les 19 et 20 avril. Les résultats retenus sont ceux des 4 premières pages, d’une requête géolocalisée en France, sur les deux types d’interfaces : mobile et desktop. Voici les résultats obtenus :

tableau avant

 

Pour tester les URL, nous avons utilisé l’outil de test de Google. Sur les 550 URL analysées 295 étaient adaptées au mobile avant la mise à jour et 286 après sur les requêtes faites sur ordinateur. Le taux de variation permet de mesurer en volume les modifications causées par ce que les experts américains ont appelé le « mobilegeddon ».

 Les requêtes ont été réitérées une semaine après la mise à jour Google, le 27 avril 2015. Ici encore nous nous intéressons aux 4 premières pages de résultats sur les deux interfaces. Les chiffres enregistrés sont les suivants :

 tableau apresOn constate qu’il y a une évolution des données par rapport à la première période.

Nous allons tenter d’analyser ces résultats sous deux angles. La première comparaison se fera entre les différentes interfaces. Ainsi, nous pourrons déterminer si seul le mobile a été impacté. Ensuite, nous ferons une comparaison temporelle afin d’établir les variations entre les deux périodes et mieux appréhender comment la mise à jour a influencé le positionnement des sites.

1. Comparaison entre interfaces.

Sur une liste de 14 mots, 47 % des sites ne sont pas « mobile friendly ». Cette proportion est à peu près la même pour les deux interfaces. Une étude du site Yooda (http://blog.yooda.com/seo/3944-etude-mobile-ready-2015) avait démontré que 60 % des sites français n’étaient pas mobile friendly. Cependant, ce chiffre dépend des secteurs d’activités.

Nos clients évoluant pour la plupart dans le secteur de la restauration, des loisirs ainsi que l’immobilier, il n’est pas étonnant que le nombre de sites adaptés aux mobiles soit supérieur à la moyenne.

Comparaison Mobile/Ordinateur avant le 21 avril

Les requêtes sur Smartphone comptent 0,35 % de sites mobile friendly de plus que les requêtes sur ordinateurs. Les pages 1 sur les recherches desktop compte cependant plus de sites adaptés aux téléphones. Le taux de similarité est de 83 %, c’est-à-dire que l’on retrouve majoritairement les mêmes URL sur les deux interfaces.

Comparaison Mobile/Ordinateur après le 21 avril

La recherche sur mobile compte 10.5 % de site friendly de plus que la recherche sur ordinateur. Cette fois-ci, les 1re, 2e et 3e pages de résultat sur Smartphone ont beaucoup plus de sites labellisés friendly. Le taux de similarité est lui passé à 77 %, il y a moins d’URL en commun entre les deux interfaces par rapport à la période précédente.

On remarque d’ores et déjà qu’après la mise à jour la différence entre desktop et mobile s’accentue. La différence passe de 0,34 % à 10,5 % globalement. Le ratio de sites adaptés par page augmente, la page 3 étant la plus touchée avec une différence de 27 % entre les deux interfaces.

test

2. Comparaison temporelle

Comparaison ordinateur avant/après 21 avril

Le premier constat que l’on peut faire est qu’il y a une légère baisse du nombre de sites mobile friendly. Cette baisse n’est en revanche pas suffisante pour que l’on puisse l’imputer à la mise à jour.

La 1re page ne connaît pas de modification en ce qui concerne le ratio de sites adaptés au téléphone. Cela est sûrement dû au fait que les sites en 1re page connaissent moins de variations que les autres pages. Ce ratio est plus fluctuant sur les pages 2 et 3, cependant les variations ne sont pas assez importantes pour être corrélées directement à la mise à jour.

Comparaison mobile avant/après 21 avril

La comparaison des résultats sur Smartphone nous apporte plus d’enseignement. Il y a en effet une augmentation du nombre de sites mobile friendly   de 7 % sur les 4 premières pages de résultat. On peut également noter que le taux de similarité entre les résultats est de 80 %. Autrement dit, les résultats récoltés sur les recherches sont à 80 % les mêmes entre la 1re et la 2e phase de l’étude. Il n’y a jusque-là pas de révolution.

Cependant si l’on s’intéresse aux résultats page par page. Le nombre de sites mobile adapté au téléphone augmente de plus de 14 % sur les pages 1, de 9 % sur la page 2 et de pratiquement 16 % sur la page 3. Le phénomène le plus intéressant à noter est la chute de 13 % du nombre de sites adaptés mobile sur la page 4.

On peut donc supposer au vu de ses premiers résultats que les sites mobiles friendly en page 4 sont remontés, car le nombre de ce type de site n’a lui-même pas connu une grosse variation (+ 7 %). 1

Conclusion :

La modification de l’algorithme a bien eu lieu, mais nous sommes loin de la révolution annoncée. L’analyse des variations de position montre que la mise à jour n’a eu qu’un impact minime sur le référencement naturel. Notre étude rejoint donc, sur ce point la plupart des articles publiés sur ce sujet.

Une hypothèse alternative consisterait à dire que la mise à jour a commencé avant le 21 avril. De ce fait, les modifications avaient déjà débuté au moment où nous avons récolté nos données, ce qui a réduit les variations.

À ce stade de l’étude, l’hypothèse la plus intéressante à étudier est celle de la remontée des résultats de la page 4 vers les pages ascendantes. Ce constat validerait donc l’existence d’un bonus de positionnement pour les sites mobile friendly. Ce bonus ne serait par contre pas suffisant par rapport aux facteurs « traditionnels », pour modifier en profondeur les pages de résultats de recherche, notamment la 1re page. Nous étudierons ce postulat plus en profondeur dans un futur article.

Articles sur la même thématique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *