28 mars 2017 | par Federico dans Pas de commentaire

Quand on parle d’objets connectés, d’internet des objets (Internet of Things – IoT, en anglais), on fait référence à tout type d’objet (montre, réfrigérateur, voiture, imprimante, four etc.) que l’on peut connecter soit à internet (via wifi ou un réseau internet mobile) soit à un autre terminal (connectivité entre appareils). L’objet est dit intelligent puisqu’il collecte des données sur l’utilisation qui en est fait et sur son fonctionnement, tout en assurant un fonctionnement normal ou, dans l’idée, optimisé par le traitement de la donnée en temps réel ou à posteriori. Ces technologies nous promettent de nous changer la vie en améliorant notre quotidien (FitBit propose de nous aider à « vivre une vie plus saine »). Mais quelle est la réalité du marché ?

Internet of things

Vraiment utile ? Vraiment sûr ?

Si l’on en croit les cabinets d’études de marchés, nous pourrons être témoins dans les années à venir d’une explosion du nombre d’objets connectés sur le marché et dans nos foyers. Selon une récente étude du cabinet Research Nester (1), le marché de l’IoT représentait près de 600 milliards de dollars en 2015 et devrait atteindre les 720 milliards d’ici à 2023. Le cabinet GFK (2) estimait fin 2015 que les foyers français seraient équipés de 30 objets connectés en moyenne d’ici à 2020. Toutefois, malgré ces promesses, ces deux cabinets évoquent dans leurs conclusions des freins majeurs à la pénétration du grand marché, entre autres pour des raisons de sécurité et de confidentialité.

Nous avons d’un côté des technologies de pointe intégrées à des objets du quotidien, et de l’autre, un certain scepticisme à l’égard de ces mêmes produits. Dans cette veine, le blog de Madyness a récemment publié un article sur le sujet, intitulé (avec humour) « Objets connectés : bienvenu dans le royaume de l’inutile et de la poudre aux yeux », signé Céline Deluzarche (3). Elle soulève les principales limites du marché en mettant en parallèle les prévisions et les résultats moins brillants des objets connectés, ainsi que les risques liés à la sécurité et à la confidentialité. Elle fait également état d’objets connectés dont l’utilité peut être remise en question, qui nous submergeraient de données et d’alertes pour tout et rien à la fois, nous invitant à nous méfier des prévisions et des promesses du marché, et à prendre un peu de recul avec le buzz qui est fait autour de ces technologies.

IOT

Effectivement, nous pouvons questionner l’intérêt que l’on peut trouver à connecter certains produits. Tout peut aujourd’hui être connecté : la brosse à cheveux de Withings (4), la peluche connectée de Toymail (5), l’interphone connecté de Ring (6), le four de June (7) ou encore l’assistant pour méditer de Muse (8), qui se connecte à vos ondes cérébrales ! Autant de produits générant des données pour une utilisation dite optimale. La liste se rallonge chaque jour et, avec elle, les risques liés à la sécurité. L’exemple de l’attaque DDOS en octobre dernier d’un acteur majeur de la prestation technique, Dyn, en partie orchestrée à partir de plusieurs milliers d’objets connectés ayant été piratés, est le cas concret qui invite à la précaution (9).

En attendant le progrès…

On ne peut que constater ces deux limites, sécurité et utilité. Mais à partir de là, so what ?

Tout est pertinent et appel en tout cas à la réflexion, ou pour le moins à la prudence dans l’utilisation, mais il est trop tôt pour celer le sort de l’IoT. La marge de progression des objets connectés est encore énorme et permettra certainement, en associant différentes fonctionnalités – notamment les algorithmes prédictifs – d’apporter une réelle valeur ajoutée à un simple objet. Nous pouvons par exemple citer ici la bague ŌURA (10) qui se propose d’apprendre de la donnée collectée pour faire des recommandations personnalisées à l’utilisateur pour gérer au mieux ses activités. Il semblerait que nous soyons dans les premières étapes de l’IoT, les potentialités sont effectivement énormes et les implications bien plus profondes qu’il n’y parait. Quelles relations aura ainsi le consommateur à un objet qui lui suggérera ses comportements les plus adaptés – selon la donnée – à une situation donnée ? Une grande quantité de questions découlent de ce postulat, et il semble intéressant d’envisager les nombreuses implications qu’engendre cette situation.

Objets connectés

Toutes ces questions nous invitent, dans différents cercles – marqueteurs, chercheurs, consommateurs etc. – à nous interroger, non pas uniquement sur l’avenir des produits connectés, mais sur notre avenir en relation à ces technologies, et – en bon marqueteur – sur l’avenir de notre métier dans ce contexte. Pour ne citer qu’un aspect de notre activité, nous assisterons très certainement à une remise en cause du paradigme relationnel actuel. Avec l’hyperpersonnalisation que permet la donnée, imaginons ce que pourra faire un marqueteur disposant des données précises d’utilisation d’un produit… Le marketing prédictif semble lui aussi avoir de beaux jours devant lui ! La sécurité doit rester une préoccupation majeure et suivre le principe de Privacy by Design, en contrepartie, restons ouverts aux possibilités invoquées par ces nouvelles technologies et surtout, observons avec attention ce qu’il se passe et prenons part au débat. Ces objets ne vont peut-être pas changer notre vie du jour au lendemain, en revanche ils semblent prendre une part importante à la vie de demain.

Références

1. Etude de Research Nester, février 2017 : http://www.researchnester.com/reports/internet-of-things-iot-market-global-demand-growth-analysis-opportunity-outlook-2023/216
2. Etude de GFK, décembre 2015 : http://www.gfk.com/fr/insights/press-release/gfk-sonde-les-attentes-des-francais-envers-la-maison-connectee/
3. Article de Madyness, février 2017 : https://www.maddyness.com/technologie/2017/02/14/iot-objets-connectes-bienvenue-dans-le-royaume-de-linutile-et-de-la-poudre-aux-yeux/
4. Brosse à cheveux connectée : https://www.withings.com/us/en/products/hair-coach
5. Peluche connectée : https://toymail.co/
6. Interphone connecté : https://ring.com/pro
7. Four connecté : https://juneoven.com/
8. Bandeau de méditation connecté : http://www.choosemuse.com/
9. Attaque DDOS: http://www.journaldugeek.com/2016/10/24/hack-dyn-objets-connectes-paralysent-internet/
10. Bague connectée ŌURA : https://ouraring.com/

Articles sur la même thématique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *