ab testing
5 septembre 2019 | par Raphael dans Pas de commentaire

Certains ne savent pas ce que c’est… d’autres en font tous les mois. Quand il est bien fait, l’A/B testing est une vraie technique d’amélioration continue.

Définition de l’A/B testing

L’A/B testing consiste à tester au moins 2 versions d’un même contenu sur une même cible. Par exemple, tester 2 landing pages dans le cadre d’une campagne SEA (Search). L’A/B testing aide les entreprises et les agences digitales à choisir la meilleure version d’une réalisation et à étudier les comportements des consommateurs.

Cette différence – entre la version A de votre projet et la version B – pourra porter sur le message publicitaire (par exemple le ton employé), le design (par exemple la charte graphique), l’ergonomie en générale, deux versions d’un logo… A la différence d’un sondage, on ne demande pas directement l’opinion d’un public sur un objet donné ; on exploite les statistiques et les data pour se faire sa propre conclusion. Dans le cadre d’une campagne SEA en Search, on sera attentif aux nombres de conversions (landing A vs landing B).

L’intérêt de l’A/B testing dans le digital

L’A/B testing serait financièrement intenable pour des évènements ou un projet print. Le digital au contraire, permet de tester X versions sans surcoûts (si ce n’est le coût de gestion et l’analyse des résultats). L’A/B testing vous permet d’optimiser les chances de conversion en choisissant l’option la plus prometteuse.

Nos conseils pour un bon A/B testing

Règle n°1 : on ne test qu’un seul et unique élément de différenciation à la fois. Si vous voulez sortir des conclusions fiables et objectives, n’introduisez qu’une seule différence – certes notoire mais unique – entre vos deux versions.

Règle n°2 : choisir l’élément clé sur lequel opérer le test. Brainstormez avec votre équipe pour choisir l’objet du teste. Exemples : la couleur, la mise en page, avec ou sans vidéo au début, avec ou sans CTA flottant, l’ordre des sections dans le menu…

emailing-transactionnel

Règle n°3 : se laisser surprendre. N’essayez pas d’imposer votre vision si elle diverge complètement des conclusions du test.

Règle n°4 : faire le test sur un échantillon significatif (des centaines de personnes…). Le test doit donc durer un certain temps avant de rendre ses conclusions. Nous recommandons au moins 1 mois de test.

Règle n°5 : la plus évidente… donnez à la version A les mêmes chances de réussite qu’à la version B. Si vous envoyez un email A à 150 personnes, envoyez l’email B à 150 personnes appartenant à un segment comparable de votre base de données. Envoyer 300 emails B sur un segment qui n’a pas grand-chose à voir ne sert à rien.

Que puis-je tester ?

Vous pouvez tester au moins 3 réalisations digitales :

  • Une campagne emailing : soyez attentif au taux de clic si le test porte sur le corps du mail ; ou sur le taux d’ouverture si vous testez l’objet du mail.
  • Une campagne adwords : l’A/B testing pourra concerner les annonces ou les landing pages.
  • Deux versions d’un site internet ou d’un blog : Google analytics peut vous fournir des informations sur le taux de rebond et le time on site (le temps passé sur le site)

Et après l’A/B testing ?

Vous pouvez faire des tests complémentaires pour personnaliser toujours plus le contenu proposé. Les réajustements s’inscrivent dans une amélioration continue.

Article connexe : Les outils de l’AB testing

Notre agence digitale peut vous aider…

Publika a plus de 20 ans d’expérience dans le marketing. Nous accompagnons PME, start-ups et grands groupes dans leur stratégie de communication digitale : audit SEO, création de contenus, refonte de site internet, campagnes Adwords, AB testing et analyses de performances…

Nous contacter

Articles sur la même thématique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *