couveuse incubateur accelerateur pepiniere
2 août 2018 | par Raphael dans Pas de commentaire

La bonne nouvelle, c’est que vous n’êtes pas seul face à votre projet d’entrepreneuriat… la mauvaise, c’est qu’on se perd dans les structures qui hébergent et accompagnent les entrepreneurs : entre incubateurs, couveuse, pépinières et accélérateurs, on ne sait plus où donner de la tête et on est bien embêté d’expliquer leurs différences. Faisons le point !

 

La phase de création

La couveuse : pour tester son idée

Si vous n’avez encore rien lancé sur le marché et que vous n’avez pas de statut juridico-légal, c’est à la porte d’une couveuse qu’il faut frapper. Cette structure vous permet en effet de valider la faisabilité et la viabilité de votre projet, avant de vous lancer.

Vous pourrez tester votre produit ou service auprès des consommateurs, en facturant vos prestations via le numéro Siret de la couveuse.

D’où le nom « couveuse », car il va faut laisser le temps à son idée de mûrir… cette structure évite les échecs cuisant en réduisant considérablement le risque financier et commercial. Une couveuse vous offre aussi des formations et du coaching. Donc même si votre idée est commercialement bancale, vous ne perdrez pas votre temps.

Il ne vous reste plus qu’à déposer un dossier de candidature dans la couveuse la plus proche et à signer votre premier CAPE de 12 mois (Contrat d’appui aux projets d’entreprise, renouvelable 2 fois).

L’incubateur : pour les nouveaux acteurs du marché !

L’incubateur est bien connu de l’enseignement et de la recherche, puisqu’il aide les projets scientifiques à voir le jour. Un incubateur est aujourd’hui une structure qui vous accompagne dans le lancement commercial de votre projet innovant.

Le « must » de l’incubateur, c’est son réseau d’acteurs dans l’innovation : business angels, universités, industries… si votre projet a une forte dimension innovante, c’est là qu’il faut aller. L’accompagnement dure entre 1 an et 3 ans et peut coûter jusqu’à 1000€ par mois.

La phase de développement commercial

L’accélérateur : pour aller plus vite !

Un accélérateur est utile pour les start-up du secteur high tech : mentorat, business angels, levées de fond… l’idée de l’accélérateur est de développer rapidement une solution mobile et de la mettre sur le marché en des temps records.

L’accélérateur ressemble à l’incubateur, si ce n’est qu’il est orienté high tech et que le mentorat, que le mentorat y prend une dimension supérieure et qu’il se rémunère par une participation au capital de l’entreprise.

La pépinière… quand le projet à fait ses preuves !

Dernière structure d’accompagnement (dans l’ordre chronologique) : la pépinière. Votre projet a moins de 3 ans ? Il est passé par une couveuse ou un incubateur avec succès ? Il est temps de consolider votre développement : l’accompagnement (hébergement et soutien technique, matériel, financier…) pourra durer jusqu’à 5 ans.

 

Pourquoi intégrer l’une de ces structures ?

En résumé, il est recommandé d’utiliser ces structures pour au moins 3 raisons :

  • Vous aurez un accompagnement personnalisé: des experts comptables, juridiques ou commerciaux vous renseignent sur les pièges à éviter. Sans oublier les mentors et « coachs » qui ont toujours la bonne parole pour vous remonter le moral… l’entrepreneuriat n’est pas forcément une traversée en solitaire : ce peut être une aventure collective !
  • Des locaux et du matériel informatique: ces structures peuvent vous héberger à des tarifs très compétitifs.
  • Des financements et des aides: que ce soit sous forme de prêts ou d’aides à la subvention, les structures les plus réputées sont capables de vous donner un coup de pouce financier… ce qui vient toujours à point quand on est un jeune plein d’idées mais sans deniers.

Articles sur la même thématique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *