sxo experience utilisateur-min
5 novembre 2019 | par Raphael dans Pas de commentaire

Le SEO a mauvaise presse : pour beaucoup, les experts entretiennent le flou autour de leurs pratiques, tantôt pour berner les clients, tantôt pour se positionner de façon déloyale en première position des SERP (Black Hat). Mais l’évolution des algorithmes – Google Core Update en tête – pénalise de mieux en mieux les backlinks artificiels, le keyword stuffing et le SEO courtermiste et opportuniste. Parlons UX, parlons SXO…

A propos des algorithmes Google

 

Google totalise 80% des requêtes internautes dans le monde. Plus qu’un simple algorithme, c’est un ensemble d’algorithmes – mis à jour régulièrement – destiné à évaluer tous les aspects de votre contenu web :

  • Core Update  (Medic, Fred, Phantom et Quality Update),
  • Bert,
  • Panda,
  • Penguin,
  • index mobile-first,
  • Rank Brain,
  • Colibri ou Humming bird,
  • Possum,
  • Publicité interstitielle intrusive,
  • Pages satellites,
  • Vitesse,
  • Https,
  • App Indexing,
  • in-depth articles…

Ce qu’il faut retenir de cette liste, c’est que rien n’est laissé au hasard et qu’il est difficile de répondre à tous les critères d’indexation (surtout si le SEO n’est pas votre cœur de métier). Ci-dessous, nous listons les principaux axes d’amélioration essentiels pour espérer se positionner correctement.

SXO : qu’est-ce que c’est ?

 

SXO est l’acronyme de “Search Experience Optimisation”. Autrement dit, le SXO intègre l’expérience utilisateur (UX), c’est-à-dire la perception qu’à l’internaute de votre site web, de votre blog ou encore de votre landing page.

C’est donc une nouvelle forme de SEO, orienté sur l’humain et non sur le robot d’indexation. Le SXO s’intéresse à la pertinence de chaque action webmarketing, de la rédaction web au backlinking, en passant par le web design.

Comment mesurer la pertinence des contenus web…

 

L’objectif d’un expert SXO est d’améliorer l’expérience de l’utilisateur pour augmenter les leads de son client (visites, réservations, achats en ligne…).

Il va donc chercher à réduire au maximum le taux de rebond, qui est le pourcentage de visiteurs ayant vu votre page web et qui ont quitté le site sans en consulter d’autres (et a fortiori sans remplir le formulaire de contact).

En parallèle, le SXO cherche à améliorer le temps de chaque visite, augmenter le nombre de pages vues et les conversions. Taux de rebond, temps de session, nombre de pages vues et de conversions sont les KPIs qui vous renseignent sur la pertinence d’un contenu web. Il faut aussi tenir compte des éventuels feedbacks utilisateur.

Les critères de disqualification

 

N’y allons pas par quatre chemins : à chaque seconde de chargement en plus, vous perdez environ 20% de conversion. Autrement dit, un site internet qui charge en plus de 3 secondes (en 4G) ne répond pas à l’un des critères essentiels de Google : la vitesse de chargement.

Personne n’aime attendre. Aussi patient soit-il, votre prospect ou votre client veut voir le contenu “instantanément”.

A cette vitesse de chargement, il faut ajouter le “Responsive”. Un contenu web adaptatif est un contenu qui s’affiche parfaitement sur tablettes et smartphones. Or, la plupart des recherches ont lieu sur mobiles. Google en a donc fait un critère décisif pour référencer une page web.

Comment faire du SXO ?

 

Pour faire du SXO, il faut analyser les KPIs fournis par Analytics et repérer les contenus qui ne sont pas performants. L’intention de recherche d’un utilisateur n’est pas toujours simple à cerner, mais elle vaut la peine qu’on s’y attarde.

Quelques pistes pour améliorer rapidement son SXO :

  • Compresser les images pour réduire le temps de chargement
  • S’assurer que vous êtes responsive et en HTTPS
  • Améliorer la navigation en minimisant le nombre de clics et en la rendant plus intuitive (peut-être devriez-vous synthétiser les contenus et enlever une ou deux catégories dans le menu…)
  • Bien penser le formulaire de contact : il doit être visible à tout instant et pratique à remplir (assurez-vous aussi que vous recevez les messages et qu’ils sont traités à temps)
  • Faire des contenus complets : structurez vos pages en headings (H2). Faites dans la longueur, tout en restant synthétique. Mettez à jour les informations de l’article. Si  possible, complétez le propos par une inforgraphie ou une vidéo. Votre meilleur exemple : Wikipedia.

 

L’UX est-elle plus importante que le SEO ?

 

L’UX donne une nouvelle direction aux pratiques SEO. Dit autrement, une stratégie SEO qui n’amène aucune amélioration en terme d’ergonomie et d’UX est incomplète. Être premier sur tel keyword ne suffit pas : il faut suivre le parcours du prospect le long du canal de conversion.

Article connexe : Comment optimiser le temps de chargement ?

Vous avez besoin d’un coup de pouce pour élaborer une stratégie SXO ?

Parlons-en…

 

Articles sur la même thématique

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *